Lost Haven


Bienvenue à toi Enchanteur ! Quitte sans regret le monde des humains pour embarquer dans notre refuge. Lost Haven n'a pas fini de t'étonner ...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yûki Akira, le solitaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Yûki Akira
Enchanteur Primaire


Messages : 1
Date d'inscription : 04/11/2016

Feuille de personnage
Classe: Transformiste Loup
Niveau: 3
Âge: 18 ans

MessageSujet: Yûki Akira, le solitaire   Mar 21 Fév - 3:16







Yûki Akira
Présentons celui qui ne veux pas être présenté

• Nom : Yûki, qui s'écrit avec le kanji du "courage". Ironique, n'est-ce pas ?
• Prénom : Il s'appelle Akira et s'écrit avec le kanji de "brillant"
• Âge : Il a 18 ans. Et oui, y en a qui auront toujours un visage d'enfant...
• Sexe : Un gars, bien qu'il ne se comporte pas souvent comme tel u.u

• Classe : C'est un Transformiste loup de niveau 3, et si vous voulez savoir à quoi il ressemble sous sa forme animale, vous avez une belle image rarissime à droite que j'ai réussi à prendre en cachette ;)
Sous forme humaine, la seule distinction qui montre que c'est un Transformiste loup sont ses dents qui sont plus pointues et tranchantes, avec des canines légèrement plus longues que la moyenne, mais pas au point de le gêner ou que ça sorte littéralement de sa bouche. Et non, du coup c'est pas un vampire
• Particularité/Spécialité : Il sait très bien décrypter les visages, il peut savoir l'humeur et ce que ressentent ou dégagent les personnes au moment même où il les croise, "capacité" qui est renforcée par son instinct de loup, ce qui fait qu'il ne se trompe que très rarement.




Un loup solitaire



Akira est un jeune garçon d'apparence calme et posée, dont les traits enfantins de son visage lui ont souvent valu d'être qualifié de "trop mimi/choupi/à croquer..." bien qu'il soit plus proche de la vingtaine que des 10 ans. Mais Akira est surtout quelqu'un de très timide et renfermé, et dont la sociabilité laisse à désirer. Pas dans le sens froid ou agressif, mais dans le sens où il a du mal à interagir avec les autres, et si par malheur il est amené à devoir parler avec quelqu'un, il sera du genre à vous répondre d'une petite voix, en détournant constamment les yeux et en hésitant comme s'il cherchait ses mots, qu'il ne savait pas quoi ou comment vous répondre. Au fond, ce n'est pas qu'il ne veut pas mais qu'il n'y arrive pas. Il ne sait pas comment faire pour vous parler, pour vous communiquer ses sentiments ou ses simples envies et pensées, il ne sait pas comment ne plus avoir peur du regard qui semble le juger et qui le rend mal à l'aise, avoir peur de dire des bêtises et de ne pas répondre ce qu'il faut, ou ce qu'on attendait peut-être de lui. Vous pourrez dire qu'il est un peu parano à croire que tout le monde le juge, que derrière chaque parole il y a une attente précise envers lui qu'il ne se sent pas capable d'accomplir, qu'il doit toujours être à la hauteur de quelque chose que lui seul connait mais qu'il a peur de ne pas atteindre, entrainant la déception de son interlocuteur. Et il déteste décevoir les attentes de la personne en face de lui, décevoir tout le monde avec ses paroles ou ses faits. Alors il s'isole, et reste tout le temps dans son coin pour éviter ce problème. Il parle peu et reste bref quand quelqu'un essaye d'entamer la conversation, et part en s'excusant maladroitement et en plantant son interlocuteur au milieu de celle-ci s'il la juge trop longue. Parfois il s'en veut un peu, mais finit toujours par se dire que c'est mieux ainsi. Pourtant, en réalité, il y a tant de choses qu'il voudrait dire ou faire. Car c'est un garçon gentil et généreux, cet Akira, qui aimerait beaucoup aider les autres quand il le peut. Mais encore une fois, il a peur de mal faire, et que ça n'arrange en rien la situation, voir même qu'elle empire à cause de lui. Alors il ne fait rien ou aide un peu à sa façon, en solitaire, discrètement, sans que personne ne se rende compte que c'est lui. Il est aussi précoce, ce qui fait que c'est une personne très brillante et intelligente, toujours avec d'excellents résultats, et il peut avoir de super idées... mais il les jugera toutes plus stupides et nulles les unes que les autres, et ce de lui-même sans que personne ne dise quoi que ce soit, et ses idées resteront à jamais enfouies dans sa mémoire sans avoir pu franchir la barrière de ses lèvres. Curieux de nature et aimant découvrir de nouvelles choses, il aura toujours des questions plein la tête. Et il les gardera pour lui, ne voulant pas embêter les autres avec ses questions "inutiles". C'est pour ça qu'il est très débrouillard, et qu'il va souvent chercher les réponses seul, mais on ne trouve malheureusement pas tout dans les livres. Même s'il a très peu d’interactions sociales, Akira peu très bien s'attacher à quelqu'un, et si vous creusez un peu et que vous insistez (beaucoup), il pourrait même s'ouvrir petit à petit à vous et devenir un ami de confiance. En général, il n'a pas un air triste sur le visage, mais il ne sourit pas non plus, même si ça lui arrive en de rare occasion ou lorsqu'il est avec des gens proches. On peu parfois lui trouver un air lassé, résigné, ou encore fatigué, et lorsqu'on regarde bien, on peut voir la grande maturité qui se dégage dans ses yeux en total contraste avec son physique. Car Akira, bien qu'il voudrait s'améliorer, est physiquement faible. Il n'a pas un corps très robuste et musclé, plutôt dans le genre du cliché de l'intello, image qui se renforce très souvent à cause de ses lunettes et de sa façon de s'habiller toujours en chemise, cravate et pantalon noir ou une autre couleur sombre assortie, et se baladant toujours avec un livre sous le bras. Mais mentalement aussi, car, comme dit précédemment, il est toujours en train de se rabaisser lui-même et n'a que peu de volonté, freinant ses réelles capacités car il a en réalité plus de qualités et de compétences que ce qu'il croit. De ce fait, il se soumet facilement à plus fort que lui, il abandonne très vite et se laisse faire. Dites lui simplement qu'il est trop faible et inutile, et il vous donnera raison. Il pourrait se rebeller, car bien que faible, il est loin d'être sans défense mais c'est quelqu'un qui a facilement peur et qui, de surcroit, n'aime pas la violence. C'est peut-être pour ça aussi qu'il préfère la solitude. Peut-être changera-t-il un jour, peut-être découvrira-t-il son véritable potentiel, mais pour l'instant c'est pas encore gagner.


Je ne suis pas la personne que tu voulais que je sois 

Akira est le premier né d'une riche famille japonaise habitant la gigantesque ville de Tokyo. Ses parents travaillaient dans le commerce et la vente de produits électroniques, l'un étant le directeur de l'entreprise et l'autre l'intermédiaire entre les différents partenaires, vendeurs,... Il était destiné à un grand avenir, ses parents ayant décidé que leur premier fils serait celui qui hériterait de l'entreprise, fait plutôt logique quand on y pense. Bref Akira avait tout pour avoir une belle vie, que la marque dans son dos à sa naissance n'entacha pas. Ses parents, qui n'étaient pas des Enchanteurs, étaient même plutôt content, car son pouvoir, selon ce que c'était, pourrait leur être utile dans les affaires. Et c'est là que vous vous demandez où est-ce que ça a bien pu déconner pour en arriver là où on en est aujourd'hui ? Et bien, en réalité, les parents d'Akira remarquèrent, dès son entrée à l'école, à ses 3 ans, l'incapacité de leur fils à se sociabiliser et à parler avec les autres. Au début, ils pensèrent qu'il était juste timide (ce qui était en partie vrai), alors ils essayèrent de le rendre plus confiant pour aller vers les autres, car si leur fils restait dans cette état d'esprit, comment allait-il gérer les affaires plus tard ? Mais ce fut en vain, car l'enseignante venait toujours leur rapporter qu'elle le trouvait à chaque fois seul dans un coin reculé de la cour. Au bout de deux ans d'éducation sociale infructueuse, ils décidèrent de l'emmener voir un psy pour enfant, qui décela chez Akira une forme de précocité, c'est à dire qu'il était plus intelligent que la moyenne et pensait avec plus de maturité que les enfants de son âge, ce qui l'empêchait d'avoir des discussions correctes ou de se sentir à sa place, freinant ainsi son caractère sociale. Ses parents le virent alors d'une toute autre manière, et devinrent même heureux d'avoir un fils comme lui. Sachant déjà lire et écrire et ayant des connaissances un peu plus grandes pour son âge, sa mère décida de lui faire sauter les deux premières années de primaires. Akira s'adapta très bien à sa nouvelle classe, et bien que toujours timide, il se sentait plus à l'aise et réussit même à se faire des amis. Ce fut une période de joie pour cet héritier qui grandit en s'épanouissant, ramenant toujours d'excellentes notes et dont la soif d'apprendre n'avait pas de limite. Ce fut également pendant cette période, lors de sa 6e année, qu'Akira eut un petit frère, tout a fait normal car contrairement à son ainée il n'avait pas de marque dans son dos. Mais tout dérapa lors de son entrée au collège. Car Akira n'avait pas hérité de la robustesse de son père, mais plutôt de la fragilité et du corps fin de sa mère. Il devint donc une cible facile pour les jeunes enfants, qui se faisaient un plaisir de profiter de sa faiblesse et de son jeune âge pour en faire leur esclave, prendre ses notes et lui faire faire leurs devoirs à leur place, en plus bien sûr de lui voler son argent, lui qui avait des parents plein aux as. Et tout cela, malgré la surprotection et le poids que faisaient peser ses parents. Peut-être un peu trop, et le fait que ses parents le chouchoutent et règlent tous les conflits avec l'argent ne réussit pas à l'aider, au contraire, cela ne fit qu'attiser le mépris et la jalousie des autres. Le jeune collégien voyait bien la désapprobation grandir dans le regard de ses parents à chaque fois qu'ils venaient régler un conflit, ou du moins l'un des nombreux qu'il avait subit car ses tortionnaires n'étaient pas stupides pour autant et ne se laissaient pas facilement prendre. Il voyait bien qu'il les décevait, et il n'aimait pas ça. Alors, peu à peu, il décida de se taire, de faire comme si ça ne le dérangeait pas, et de ne plus appeler ses parents à l'aide. Ceux qu'il croyait ses amis l'abandonnèrent un à un et il dut subir coups et rackets dans la solitude. Il se renferma sur lui même, et devint distant et muet avec tout le monde. Il appris très vite à lire l'humeur et l'expression des visages afin de savoir avant même qu'ils ne lui demandent ce qu'ils voulaient, ou comment se comporter selon leurs humeurs, afin de ne pas subir leur fameux "ma patience est à bout" et se faire frapper pour sa lenteur. Bien sûr, ça ne les empêchait pas de se défouler sur lui à toute occasion. A côté, il ramenait toujours des notes à la hauteur des attentes de ses parents pour qu'ils ne se doutent de rien. Ils étaient souvent occupés avec les affaires ou avec Kô, son petit frère, alors tant qu'il ne causait pas d'ennuis et ramenait des bonnes notes, ils ne se préoccupaient pas de lui. Mais vous savez, les coups laissent des traces, et il arriva un jour, pendant sa dernière année, où il n'arriva pas à toutes les cacher, et un professeur le remarqua. Comprenant la situation, celui-ci appela son père, malgré les protestations d'Akira, et il fut forcé d'avouer qui lui avait fait ça, où et depuis quand. Il n'aimait pas le raconter, et cela lui pesa encore plus sur le cœur lorsque son père arriva pour le ramener à la maison, où sa mère les attendait. Ils exigèrent des explications, se mirent en colère et l'engueulèrent pour leur avoir apporté tous ces ennuis. De son côté, lui se mit à se justifier, s'excuser, puis finalement craqua, et pleura toutes ces années où il avait enduré toutes ces martyrisations et le rejet de ses camarades. Mais ce fut la goutte de trop pour son père, qui le gifla avec violence, l'insultant de faible et de fils indigne qui ne méritait pas d'être leur héritier. Ce fut un choc pour Akira, car ses parents n'avaient jamais levé la main sur lui. Mais qu'aurait-il du faire, qu'aurait-il pu faire face à ces collégiens plus forts, plus nombreux que lui ? Oui, il était faible et couard. Mais qu'est-ce qu'il y pouvait ? N'avait-il pas essayé d'endurer ça pour ses parents, afin qu'ils ne s'inquiètent pas et ne soient pas déçus ? Alors le jeune Enchanteur se mit à ressentir de la colère, envers ses parents, envers ceux qui l'ont frappé, commandé, abandonné, envers toutes ses injustices... Et son pouvoir s'éveilla sous ce trop plein d'émotion. Alors, sous les yeux ébahis de ses géniteurs, il se transforma en un grand et robuste loup noir aux yeux blancs brillants, qui leur montra une gueule pleine de longs crocs pointus et menaçants. La peur se lit sur le visage des parents qui reculèrent de plusieurs pas sans pour autant quitter des yeux le loup qui avait soudainement remplacé leur fils. C'est en voyant ces visages apeurés qu'Akira se rendit compte de ce qu'il était devenu, et reprit le contrôle de ses émotions ce qui arrêta la transformation. Il venait de les décevoir, et il était maintenant devenu en plus dangereux. Malgré cet incident, ses parents le gardèrent sous leur toit. Ils ne parlèrent à personne de son pouvoir, qui était pour eux le pire et le plus inutile qu'il pouvait acquérir, et ce qui s'était passé fut clos et le sujet ne fut jamais ré abordé. Il continua d'étudier, même s'il avait été retiré du collège et suivait maintenant des cours particuliers. Kô fut bien sûr nommé nouvel héritier de l'entreprise, et on commença sa formation. Bien qu'il ne soit pas précoce comme son frère, Kô apprenait vite, et se révélait plus doué que lui dans les relations humaines et dans la conversation, malgré le fait qu'il venait d'entré en primaire. Ils étaient très proches, et Akira venait parfois l'aider quand il en avait besoin malgré le fait que cette proximité ne soit pas appréciée par ses parents. Il était loin d'être jaloux que son frère accapare toute l'attention de ses parents car il savait qu'à leurs regards froids teintés de peur, il avait perdu leur confiance et que c'était entièrement de sa faute à lui. il était même heureux de voir son frère aussi plein de vie et de joie, promesse du bel avenir qui l'attendait. Lorsqu'il était seul, en plus des devoirs et révisions, il s'entrainait à sa transformation. Même s'il n'aimait pas son pouvoir, il ne devait pas recommencer comme l'incident dernier, et se transformer sous le coup de l'émotion. Il devait donc se contrôler. Et il y parvint au bout de plusieurs mois de durs entrainements qui lui coutèrent beaucoup d'énergie. Cette vie monotone et triste, ponctuée par des moments de bonheur en compagnie de son frère cadet, dura encore quelques temps, jusqu'à ce que le poids de la solitude, de ses souvenirs qui venaient le hanter chaque nuit, et des regards remplis de déception et de mépris que lui lançaient ses géniteurs ne soit trop lourd à porter pour ses frêles épaules. Une nuit, alors que tout le monde dormait dans la maison, il pénétra dans la chambre de Kô et le réveilla en lui secouant l'épaule. L'enfant, encore tout endormi, ne comprenait pas pourquoi on venait interrompre son sommeil.

- Grand frère ?
- Chut !, dit-il en chuchotant, sinon, tu vas réveiller les parents !
Kô secoua la tête de haut en bas pour signifier qu'il se taisait.
- Dit moi, petit frère, est-ce que tu aimes papa et maman ?
Le jeune garçon de 11 ans acquiesça vigoureusement de la tête avec un grand sourire.
- Alors, est-ce que tu peux me promettre d'être sage, de continuer à travailler pour devenir un grand directeur comme papa, et de toujours être heureux auprès de nos parents ? Tu ferais ça pour moi ?
Son frère acquiesça, il ferait tout pour son grand-frère, qu'il admirait malgré tout. Mais il avait du mal à saisir pourquoi il lui demandait ça. Akira sourit. L'héritage serait assuré, Kô était fait pour ça, il le savait, il serait heureux et ses parent seraient fière de lui. Tout son contraire.
- Parfait. Prends cette promesse très au sérieux, Kô, tu ne dois pas la briser, je te fais confiance en tant que grand-frère. Il lui caressa doucement la tête avant d'annoncer : Maintenant je dois partir.
Il commença à se lever pour retourner dans sa chambre, mais son frère l'arrêta en lui attrapant la manche.
- Tu vas où, grand frère ? De l'inquiétude perçait dans sa voix. Akira lui fit un sourire rassurant et affectueux et lui embrassa le front.
- Ne t'inquiète Kô, je serais toujours près de toi...
Rassuré, Kô se rallongea un sourire au lèvre.

Akira attendit qu'il se rendorme, et quand il entendit sa respiration lente et régulière, il se leva et se dirigea hors de la chambre. Au niveau de l'encadrement, il se retourna une dernière fois, observant celui qui était son seul ami, et qui lui était lié par le sang, le seul qui ne l'avait jamais abandonné. Et voilà qu'Akira faisait à son frère ce qu'il ne voulait pas que ce dernier lui fasse. Un instant, il songea à rester, à le soutenir toute sa vie. Mais il ne pouvait pas. Il n'était pas à sa place ici, et il ne le serait jamais. Avec un sourire qui reflétait tout l'amour qu'il avait pour son cadet, il prononça une dernière phrase :
- Adieu, petit frère. Je t'aime, ne m'oublies pas.
Sur ces mots, et non sans tristesse, il se détourna, ferma doucement la porte de la chambre, se dirigea vers la sienne et sortit par la fenêtre. Il se transforma, forme sombre se confondant avec la nuit, dont seul les yeux luisants pouvaient attester de sa présence, et partit à toute vitesse, sans se retourner. A bonne distance de son ancien chez lui, il se permit de laisser des larmes silencieuses couler sur ses joues, destinées à ce petit frère qu'il ne reverrait peut-être jamais. Il courut, courut, sans vraiment savoir où il allait, allant là où son esprit le guidait. Il courut comme ça, ne s'arrêtant que brièvement pour reprendre son souffle, ne pensant à rien, jusqu'à se qu'il n'en puisse plus et qu'il s'écroule de fatigue. Là, il s'endormit sans réfléchir, toujours sous sa forme de loup, sans savoir où il était. Quand vinrent les premières lueurs du jour, il se réveilla de nouveau, comme reprenant conscience de ce qu'il était et de ce qu'il faisait, et reprit forme humaine. Lorsqu'il se leva et prit connaissance de son environnement, il se tenait devant un pont, un pont gigantesque qui se perdait dans les nuages. Il ne l'avait jamais vu, ni n'en avait entendu parler, que ce soit dans les livres, dans les informations et les journaux, ou sur internet. Et pourtant il se sentit attiré, comme si c'était son destin que de le traverser. Il sentait qu'il devait y aller, que c'était là-bas qu'il trouverait sa place. Alors il l'emprunta, le traversa, et c'est sous le soleil levant qu'il découvrit Lost Haven, comme pour lui signifier que c'était le début d'une nouvelle vie, d'une renaissance. Il s’accommoda rapidement à sa nouvelle vie sur cette île magique et mystérieuse malgré le fait qu'il ne changea pas au niveau caractère. Il tourna la page de son passé et il apprit à ne plus voir son pouvoir comme une malédiction, à l'apprécier même, aux côté de ce Maitre Enchanteur qui se rapprochait le plus d'un ami pour lui à la cité. Cela fait maintenant un an qu'il est ici, depuis qu'il a tout abandonné pour traverser ce pont de la deuxième chance, et Akira n'est pas au bout de ses surprises quand à son avenir sur cet île fantastique.

Mais qui suis-je ?

• Autres comptes : C'est le premier^^
• Quelque chose à dire sur le forum ? : Je félicite les Admins pour ce forum. Oui, je suis bien en train de m'auto-féliciter :)

• Un petit nom ? : Mes parents m'ont appelée Maëva, mais bon, étant donné tous les surnoms qu'on peu faire avec, il s'est un peu perdu au milieu x)
• Un peu sur vous : J'ai 19 ans, j'aime les mangas, les loups et les jeux vidéos, et c'est le plus important pour l'instant x)
• As-tu trouvé le code ? : Toujours pas, c'est fou comme il est bien caché...

Fiche par Joy, sur Dream
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Yûki Akira, le solitaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lost Haven :: Le Forum :: PERSONNAGES :: Fiches en cours-
Sauter vers: